Twilight Passion
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment :
15% de remise sur une sélection Xiaomi ...
Voir le deal
Le deal à ne pas rater :
Clé licence Windows 10 professionnel 32/64 bits – Français
1.09 €
Voir le deal

Partagez | 
 

 Tel un ange, elle apparait, et l'éblouie. [Pv Lizzie ] /!HOT!\

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sissay GauneSissay Gaune
Le séducteur, séduit, du Staff ...


Messages : 112
Date d'inscription : 01/02/2010
Age : 34
Localisation : Partout et nul part en même temps.

Tu nous interesse
Citation:
Relations:

Tel un ange, elle apparait, et l'éblouie. [Pv Lizzie ] /!HOT!\ Vide
MessageSujet: Tel un ange, elle apparait, et l'éblouie. [Pv Lizzie ] /!HOT!   Tel un ange, elle apparait, et l'éblouie. [Pv Lizzie ] /!HOT!\ EmptyMar 2 Fév - 22:22

L'assurance d'un foyer, d'une vie toute tracée. Une situation confortable, en somme. Mais, était-ce ça, la vraie vie? Toujours effectuer la même routine, avoir l'impression de s'engluer dans un quotidien plus fade à mesure que le temps passe? C'était une vie comme celle-ci, que le père de Sissay aurait espéré pour sa progéniture. Le voir marié, avec un emploi stable et des enfants. Pourquoi faire? Finir avec un nombre incalculable de divorce? Verser des sommes astronomique en thérapie conjugal? Hors de questions. Et puis, diriger une entreprise, très peu pour lui. Malgré les critiques de son père, Sissay aimait son train de vie. Il ne savait jamais de quoi demain était fait. Il se contentait d'avancer au jour le jour. Le blondinet trainait ci et là, non pas comme un chien errant, mais plutôt comme un papillon, qui flâne sur divers horizons avant de s'éteindre. En voilà une belle métaphore, n'est-ce pas?

L'endroit où il se trouvait était un peu moins poétique. Voir même pas du tout. Un bar, luxueux, mais un bar quand même. Une cigarette à la main, et un verre de tequila dans l'autre. Il songeait à cet ange, venue de nul part. Il repensait à sa chevelure blonde. Sissay aimerait pouvoir y glisser ses doigts, définir son odeur. Il devait retrouver cette femme au plus vite! Ne serais-ce que pour en finir une bonne fois pour toute. Avec un peu de chance, une fois en face d'elle, son attraction cessera, et il pourrait de nouveau sillonner les routes.

La soirée venait de débuter, la nuit tombée tout juste et aucune minette ne s'offrait à lui. Juste des vieux pilier de bar, certains hommes d'affaires, dans l'attente d'une maîtresse. Et Sissay, qui sifflait son dernier verre, avant de payer et de sortir. Il s'adossa au mur de l'établissement, scrutant les passants avec une attention inhabituelle. Il LA cherchait. Aussi idiot que ça pouvait l'être, il espérait pouvoir la revoir. Encore une fois.

Dans sa tête, la scène de leurs première rencontre se jouer, encore une fois. Près de sa voiture, à faire le plein, il avait ôté ses lunettes de soleil. Comme souvent, pour mâter les poulettes qui se promènent. Une brune, habillée de façon provocante, était passée sous son champs de vision. Un programme alléchant, et Sissay c'était déjà imaginé partir en chasse. Ce fut à ce moment que son regard c'était porté sur une blonde. L'allure distinguée, une démarche gracieuse, et une orra envoutante, il ne pouvait que l'admirer.

Qui était-elle? Que faisait-elle dans la vie? Probablement un métier qui exigeait de la classe, et un niveau d'étude élevé. Ou pourquoi pas mannequin? Ces jambes, fines et délicates ne jouaient pas contre cette éventualité. Avait-elle un compagnon? Qu'importe. Sissay s'en fichait pas mal. Ce n'était certainement pas ça qui allait l'arrêter! Il tira sur sa dernière latte, avant de jeter sa cigarette.

Où pouvait-elle se trouver? Au parc? Se promenant seul, dans un environnement trop hostile pour une aussi belle créature. A la plage? Admirant la mer et ces ressacs? Quelle odeur pouvait-elle dégager? Une senteur lilas? De fruits sauvage? Un fin sourire étira ses lèvres, car il se promettait de le découvrir très bientôt. Ce qu'un Gaune veut, un Gaune l'obtient. Il désirait cette fille, et il ferait tout pour l'avoir. D'une manière ou d'une autre.

Spoiler:
 

_________________
Avatar by Pimousse
Revenir en haut Aller en bas
Elizabeth G. EvensonElizabeth G. Evenson
I will soon die ...


Messages : 1791
Date d'inscription : 25/08/2009
Age : 268
Localisation : Saint-Gabriel in Canada

Tu nous interesse
Citation:
Relations:

Tel un ange, elle apparait, et l'éblouie. [Pv Lizzie ] /!HOT!\ Vide
MessageSujet: Re: Tel un ange, elle apparait, et l'éblouie. [Pv Lizzie ] /!HOT!\   Tel un ange, elle apparait, et l'éblouie. [Pv Lizzie ] /!HOT!\ EmptySam 6 Fév - 0:25

Tel un ange, elle apparait, et l'éblouie. [Pv Lizzie ] /!HOT!\ 2ef6e75 Tel un ange, elle apparait, et l'éblouie. [Pv Lizzie ] /!HOT!\ Alone-10
Il y a parfois des questions qu'il ne vaut mieux pas se poser. Ne pas creuser pour chercher une réponse que l'on ne trouvera surement jamais est une bonne chose. Elle empêche à la société ou à une personne un espoir malvenu qui risquerait de faire s'effondrer des dizaines et des dizaines d'heures de contrôle, des dizaines - voire des centaines - de pensées positives qui cherchent en vain à faire remonter l'érudit à la surface de la vie. La vie est un long fleuve tranquille qui attire tout semblant de vie vers son fond, ne lui laissant qu'assez d'oxygène pour un aller sans retour. Pour le reste, c'est chacun sa route et chacun pour soi. A chaque personne de trouver la solution qui lui convient pour remonter à la surface du verre d'eau qui l'a noyé. Parfois, des petites vagues se forment sur le liquide. Du vent, des mouvements, quelques soit leurs raisons, elles sont présentes et elles demandent souvent à sortir. Quel qu'en soit la manière. Encore une fois, chacun ses problèmes. Aujourd'hui, ces vagues ont un nom !

Le stress. Il y avait toujours moyen de l'évacuer quand on est une fragile créature humaine, hurler, courir, manger, boire … Mais quand on est une créature aussi sauvage et libre qu'Elizabeth, on ne peut s'empêcher de chercher un nouveau moyen. La manipulation est un art perdu que les hommes pratiquent avec médiocrité, ils ne savent pas s'en servir. Il suffit parfois d'un geste, d'une parole, d'un regard et tout notre monde bascule et tout est emporter avec lui. Elizabeth aujourd'hui était d'humeur maussade, quelques peu morose, elle avait décidé le matin même de se détendre à sa manière … Quel est le meilleur moyen de détendre une femme ? Du chocolat ?!? Hum, ce n'est plus trop le cas. Enfin, être en bonne compagnie est déjà un bon début.

Déambulant dans les rues sombres de Saint-Gabriel, elle gambadait. Joyeusement ou pas, tout restait d'une manière globale, et pour le moment, normal. Normal ? Etonnant, je vous l'accorde. Elizabeth n'est pas normale et quand elle semble l'être, c’est qu'elle prépare quelque chose … Un porte qui s'ouvre et la voilà dans une boutique de mode de St-Gab'. Le vendeur la regarde, sourire charmeur et haussement de sourcils de rigueur. Et ensuite ? Avez-vous vraiment besoin d'un dessin. La cabine d'essayage leur suffit amplement, il suffirait d'un geste au vampire pour mettre à terre l'impertinent qui commence déjà à dégrafer son soutien-gorge et pourtant, elle n'en fait rien. La température monte d'un cran dans le minuscule espace.Mais au moment opportun, Elizabeth se retire, s'en est fini pour lui. C'est à elle de prendre les commandes, comme elle le fait si bien au quotidien … La cabine a un léger sursaut quand le jeune est plaqué contre le mur froid de l'objet. Elizabeth s'attaque d'abord à son cou, profitant de l'immobilité du garçon pour déboutonner sa chemise. Je vous passerais des détails, ce que vous devrais savoir est que les clients du magasins entendirent de "drôles de bruits" pendant près d'une demi/heure.

Une fois sortie, Elizabeth s'arrête devant la vitre d'une bijouterie, redonnant un semblant de soigné à son allure dégradée, mais cet air négligé la rends ... sauvage. Du haut de son ensemble en lin, elle parait inaccessible, comme si elle se protégeais elle même de tout ce que la vie peut lui apportait. Comme si ... du haut de son nuage, plus rien ne pouvait l'atteindre. Son propre système de défense, personnalisé et infaillible.

*
* *

Elizabeth le fixe, incrédule. Comment devrait-elle réagir ? Sa bonne volonté lui ordonne soit de fuir soit de le tuer mais son côté joueur et impulsif lui ordonne de s'approcher ... De s'approcher et de gouter la marchandise comme l'on dit. Vu les pensées et le regard de l'homme, elle se doute bien qu'elle ne se fera pas jeter, mais alors pourquoi n'intervient-elle pas ? Bordel, foutu conscience qui la tracassait et la forcait à réfléchir à la meilleure solution. Et s'il prenait cela pour une révélation ? Manquerais plus que ça ...

*
* *

Une fois ses vêtements remis un tant soit peu normalement, la belle blonde reprends son pèlerinage sur la route de la chasse à l'homme en ville. Pour elle, tout ceci n'est qu'un jeu auquel la vie à demander des comptes. Tiens t-elle un journal ou un carnet de comptes ? Ce serait de la folie.

Après une mort dans une ruelle plutôt non-fréquentée, la vampire voit le soleil se couchait sur la ville de Saint-Gabriel. Le grand rideau rouge tombe sur la ville si lentement que l'on pourrait croit qu'il prend son pied à les faire languir d'une telle façon. Les teintes rouges et sombres de la voute céleste contraste parfaitement avec la grande dame de la nuit qui s'élèvent à une allure constante dans le ciel, prête à prendre sa place parmi les milliers d'étoiles déjà allumés. Combien de temps s'écoule ? Pas une éternité mais les secondes passent les unes après les autres, se succédant dans une dance rythmée par les soupirs de la blonde. Insatiable.

Elle arpente les rues, cette activité est devenue son passe-temps favori depuis qu'elle est arrivé au Canada. Son centre d'intérêt premier reprenant le dessus toujours un peu plus au fil des jours qui passent. Elle redevient tout les jours un peu plus elle-même et la manière dont Cullen Dady l'a anéantie n'est plus qu'un mauvais souvenir. Oui, un cauchemar qu'elle oubliera à son réveil. Un peu comme pour s'en persuader elle-même, elle se dit soudainement que d'avoir penser à Marcus ne lui a que plus donné l'envie de l'anéantir une dernière fois pour toute. Et elle se perd à vouloir le retrouver, juste pour lui demander pourquoi. Pourquoi l'avoir transformer si c'était pour la jeter à peine le processus enclenché !

Elle marche un certain temps, il lui semble que le soleil s'est couché depuis des heures alors que cela ne fait que quelques minutes à peine. Lasse, elle rentre dans un bar. L'ambiance est lourde de sensations, de sentiments, d'odeurs, de pensées. Ses premiers pas à peine fait dans le commerce qu'elle arrête de respirer, elle ne pense plus, elle n'agit plus. Elle se dirige vers le bar. Et c'est alors qu'elle est à plus de cinq mètres du meuble en bois où l'on passe commande qu'elle se voit. Non, elle ne se voit pas dans le miroir qu'il y a derrière le bistrot, cela va de soi. Elle se voit ! Quelqu'un est en train de penser à elle. Mais avec tous les hommes et toutes les femmes présentes dans la pièce, il lui faut un certain avant de trouver d'où cela provient.

Blond, yeux bleus, carrure droites, des formes bien dessinés et un look aussi décontracté que sa coupe de cheveux est travaillé. Il ne semble pas encore l'avoir vu, et tant mieux ! Elizabeth fait trois pas en arrière avant de faire demi-tour. Elle emprunte la porte du bar et sort à l'arrière. Deux jeunes sont en train de fumer, elle s'approche d'eux, imperturbable. D'une voix douce et nerveuse, elle leur demande s'il n'auraient pas une cigarette, et du feu. L'un des deux sort un paquet et lui tends la feuille de tabac travaillé par la machine. Elizabeth la porte à ses lèvres avant de l'allumer avec le briquet que lui tendait le deuxième. Elle les remercies distraitement, insaisissable. Et rentre dans le bar.

Il est toujours là. Elizabeth le fixe, incrédule. Comment devrait-elle réagir ? Sa bonne volonté lui ordonne soit de fuir soit de le tuer mais son côté joueur et impulsif lui ordonne de s'approcher ... De s'approcher et de gouter la marchandise comme l'on dit. Vu les pensées et le regard de l'homme, elle se doute bien qu'elle ne se fera pas jeter, mais alors pourquoi n'intervient-elle pas ? Bordel, foutu conscience qui la tracassait et la forcait à réfléchir à la meilleure solution. Et s'il prenait cela pour une révélation ? Manquerais plus que ça ... Ses pas se font lourd malgré elle. La recherche du renouveau et du toujours plus bizarre s'éloigne d'elle. Mais sa raison ne remportera pas ce match.

Elle attendit, patiemment. Ne cherchant en rien à vouloir aller plus vite que la pensée. Pendant plusieurs minutes, elle se cacha. Non pas par peur qu'il la voie, mais parce qu'elle voulait s'amuser. Quand il écrasa sa cigarette et sortit, elle attendit un peu. Finissant la sienne avant de quitter l'établissement elle laissa un pourboire généreux au barmaid.

Il était toujours là. Adossé au mur. Remarquablement bien fait pour une créature humaine. Il l'a cherchait. Diable ! Il cherchait Elizabeth. Bizarrement, elle aurait eu envie de se faufiler derrière ce bâtiment de l'autre coté de la rue, surgir et lui faire " Surprise, tu me cherches à ce qu'il paraitrais !" mais le temps soit peut de lucidité qu'il lui restait lui affirma que ce n'était pas une bonne idée. Alors comment l'abordé ? Enfin, elle se dit que la meilleure façon est de rester elle-même. Il fume. BOn point pour elle, et surtout une raison pour lui parler. Une minute, et s'il fait une crise cardiaque en entendant sa magnifique voix. Elizabeth secoue la tête. Prétentieuse. Calme ma belle, se dit-elle, ce n'est qu'un humain après tout ! Finalement, ayant retrouvé un tant soit peu de sérieux, elle marche, vers lui, sûre d'elle. Sourire charmeur.

elizabeth _ Excusez-moi, vous n'auriez pas du feu par hasard ?

_________________
    Tel un ange, elle apparait, et l'éblouie. [Pv Lizzie ] /!HOT!\ Jessicastambann
    ELIZABETH GRACE EVENSON
    « Laisser le temps couler le long de la barrière inacessible de mon immortalité. Profiter encore un peu de cette malediction tant que le mal continue de ne pas m'atteindre. Respirer, encore. Parler, encore. Vivre un peu pour mieux mourir restera ma dernière volonté »
Revenir en haut Aller en bas
http://popularity-runaway.skyrock.com/
Sissay GauneSissay Gaune
Le séducteur, séduit, du Staff ...


Messages : 112
Date d'inscription : 01/02/2010
Age : 34
Localisation : Partout et nul part en même temps.

Tu nous interesse
Citation:
Relations:

Tel un ange, elle apparait, et l'éblouie. [Pv Lizzie ] /!HOT!\ Vide
MessageSujet: Re: Tel un ange, elle apparait, et l'éblouie. [Pv Lizzie ] /!HOT!\   Tel un ange, elle apparait, et l'éblouie. [Pv Lizzie ] /!HOT!\ EmptyDim 7 Fév - 17:57

Tel un ange, elle apparait, et l'éblouie. [Pv Lizzie ] /!HOT!\ 2ef6e75 Tel un ange, elle apparait, et l'éblouie. [Pv Lizzie ] /!HOT!\ Alone-10


La pensée positive, beaucoup y croit. Sissay y croyait également. Selon lui, il suffit de voir les choses sous le bon côté, et tout va mieux. Comme pour cette inconnue. Le blondinet aurait pu désespéré, et se dire que tout était perdu. Au lieu de ça, il prit le tout comme un défi. De toute façon, c'était devenu vital, pour le jeune homme, de la retrouver. Entendre sa voix devenait une obsession, et vouloir passer sa main dans les cheveux or de son ange, un véritable supplice. A mesure qu'il consumait sa cigarette, le temps semblait se rafraichir. Mais quelle importance, lorsque, quelques part, dans cette ville, se trouvait la femme de ses rêves? Au fil de ces voyages, Sissay en avait connu, des femmes. Toute plus diverses et variées. Des visages, des corps, mais aucun prénom. Aussi délicieuse qu'elles pouvaient être, aucunes ne méritaient véritablement son attention. Chacune finissaient par succomber à son charme avec une facilité déconcertante. En revanche, Elle, semblait différente. Inaccessible, intouchable, hors de portée. Une déesse venue de nulle part.

Sa cigarette se consumait, et elle fini par terre, écrasée entre une semelle de chaussure, et le bitume. En voilà un sort peut enviable, n'est-ce pas? Pas de répit pour les fumeurs, il enchaina avec une autre clope qu'il pinça entre ses lèvres, avant de l'allumer distraitement avec son briquet à tête de mort. Petit cadeau de Jessica Gaune, sa tante à l'esprit rock'n roll, malgré sa trentaine d'années au compteur. Tirant une latte, il rangea son précieux souvenir dans sa poche, un fin sourire aux lèvres. Les souvenirs de sa tante sont probablement les moins flous. Impossible de l'oublier. La seule blonde aux yeux marrons de la famille Gaune, elle était également la plus explosive, et déjantée. Sacrée tante Jessica. Elle vivait à New-York. Une bien grande ville. Automatiquement, le blond fit une comparaison avec Saint-Gabriel. Moins grande, moins habitées, moins illuminées et probablement moins polluées. Cette ville possédait quand même son charme.

Ce n'est pas pour autant qu'il avait pris la décision de rester. Il n'avait pas choisi cette ville, et cette ville ne l'avait pas choisi. Il c'était simplement posé là, pour quelques jours, comme il en a si souvent l'habitude. Un mode de vie qu'il affectionnait. Un mode de vie qu'il serait prêt à renier pour la saveur délicate de ses lèvres.

Et vous savez ce qu'on dit? Lorsqu'on parle du loup, on finit toujours par en voir la queue. Ce soir là, il ne parlait pas du loup, mais il pensait à une déesse, un ange. Et ce n'est pas une vulgaire queue qui lui est venue, mais une apparition, comme un mirage. Avant même de la voir, il pouvait la deviner. Son corps en entier y semblait sensible. Comme si, cela était naturel. Alors, que cela ne l'était pas. Du moins, ce n'était pas censé l'être. Un frisson infime le secoua de tout son être, alors que son ombre s'allonger sur le trottoir.

Un homme maladroit, et sans expérience, aurait probablement bafouillait, tremblait, et aurait fini par se jeter à ses pieds, tant sa beauté n'avait d'égal le plus merveilleux des anges. Ses souvenirs ne rendaient aucunement hommage à la créature qui se trouvait sous ses yeux. Malgré les étoiles qui illuminaient le regard de Mister Gaune, il resta impassible. Sissay connaissait les femmes, il lui fallait se la jouer fine, et discrète. La dernière chose à éviter, était de faire fuir la demoiselle. Alors, aucun empressement. Son rythme cardiaque, de son côté, ne semblait pas de cet avis. Pris de court, il entama une course rapide et effréné, au point d'exploser dès la moindre anicroche. Le blond aurait voulu lui ordonner d'arrêter, de ce calmer, et de taper un peu moins fort contre sa poitrine. Il avait l'impression qu'on entendait que cela.

elizabeth _ Excusez-moi, vous n'auriez pas du feu par hasard ?

Sa voix mélodieuse, charmante et charmeuse se répercutait en écho dans sa tête, le rendant incapable d'agir durant une poignée de seconde. Lui, qui voulait restait maître de la situation, semblait complètement assommé par tant de grâce. Sa peau pâle, semblait si douce et agréable à caresser. Son allure sauvage ne la rendait que plus attirante. Mais aussi belle et affriolante qu'elle puisse être, l'homme se devait de reprendre pleinement la situation en main. Il ne devait pas rester statique, comme un vulgaire légume ayant subit une lobotomie. Enfin, Sissay avait en face de lui, la femme qu'il avait recherché! Celle pour qui, il avait consenti à rester dans cette ville, mettant de côté son insatiable envie de découverte et de re-nouveau. Ses yeux d'un bleu clair, se plongea dans ceux de la demoiselle. Il pourrait s'y noyer, rester ainsi de longues heures, sans pour autant se lasser de la beauté de ses iris. Totalement subjugué, il avançait machinalement vers elle, sûr de lui. Malgré le charisme écrasant qui émanait de la blonde, Sissay ne voulait pas perdre plus longtemps la face. Le dominateur, dominé? Hors de question. Être obsédé par une telle déesse ne devait pas anéantir toute son assurance.

sissay _ Ah croire que c'est votre jour de chance, j'en ai.

Alors qu'il jeta son mégot sur la route, il sorti de nouveau son briquet. Il n'avait qu'à tendre sa main, juste un petit peu, pour toucher sa délicate crinière. Il n'avait qu'à se pencher, légèrement, pour humer l'odeur délicate de sa peau. Mister Gaune plongeait son regard dans celui de cette prédatrice. Il devinait quelques chose d'inhabituel, sans pour autant mettre le doigts dessus. Incapable de réfléchir convenablement, il ne pouvait être qu'hypnotisé par cette créature. Si son corps restait impassible, son esprit l'était beaucoup moins.

***

Son corps, dénudé, contre le mien. Le satin de sa peau, contre la mienne. La chaleur de notre étreinte. La volupté de nos baisés. Que ne donnerais-je pas, pour goûter ses lèvres tentatrice.

***

Il tente de repousser ses idées, qui, se font de plus en plus précise dans son esprit. L'humain se concentre sur autre chose. Comme, par exemple, la lumière blafarde qui les éclaires. La lune, ce soir là, n'était pas ronde, peu présente. Mise au tapis par la vampire, devinant qu'elle ne pouvait rivaliser avec cette enfant de la nuit, la lune à rendu les armes. Le blondinet devait trouver un moyen d'attirer la blonde dans ces filets. Il se mettait en position de chasseurs, et elle, était la proie. Une proie de luxe, qu'on n'appâte pas de n'importe quelle manière. Qu'importe ce qu'il fasse, il se doutait que la partie serait rude. Qu'importe ce qu'il fasse, il risquait d'être le grand perdant, et malgré ça, Sissay souriait à la blonde.

Un sourire énigmatique, mais complétement inutile. A quoi bon, lorsque notre interlocutrice se retrouve dans la capacité de lire dans les pensées? Une information, bien entendu, que Sissay ne possédait pas. Une chance! Le pauvre, il s'en serait trouvé désarmé.

sissay _ Les rues sont peu sûre, pour une aussi belle femme que vous, non ?

_________________
Avatar by Pimousse
Revenir en haut Aller en bas
Elizabeth G. EvensonElizabeth G. Evenson
I will soon die ...


Messages : 1791
Date d'inscription : 25/08/2009
Age : 268
Localisation : Saint-Gabriel in Canada

Tu nous interesse
Citation:
Relations:

Tel un ange, elle apparait, et l'éblouie. [Pv Lizzie ] /!HOT!\ Vide
MessageSujet: Re: Tel un ange, elle apparait, et l'éblouie. [Pv Lizzie ] /!HOT!\   Tel un ange, elle apparait, et l'éblouie. [Pv Lizzie ] /!HOT!\ EmptySam 13 Fév - 19:53

Tel un ange, elle apparait, et l'éblouie. [Pv Lizzie ] /!HOT!\ RDJ052 Tel un ange, elle apparait, et l'éblouie. [Pv Lizzie ] /!HOT!\ Jkal5d

Juste lui, elle, la nuit, les étoiles et le peu de raison qu'il leur restait ... Un souffle, une respiration et un seul coeur qui bat. Batterait-il seulement pour deux ? Un regard qui perce et une voix enchanteresse. Quand le prédateur devient la proie ... Le soleil s'éteint, donnant accès au pays merveilleux des rêves, de l'imagination, du bonheur et du plaisir ... Quand la proie échange sa place. Quand le prédateur perds ses cartes ... Quand le prédateur devient la proie ... Les règles changent-elles ? Pourquoi faut-il toujours une raison ? Un pourquoi, un comment ? Il suffit pourtant de jouer, un point c'est tout.
*
* ___ *

Liberté. Tel un fléau elle rongeait les veines et les âmes de toutes les créatures qui la frôlaient. Mais personne ne peut être libre entièrement. L'on dépend toujours de quelque chose ... D'une famille, d'un amour, d'une ami, d'une personne, qui qu'elle soit et quoiqu'elle est fait pour nous. Derrière il y a la dépendance à l'oxygène, à la nourriture, à l'eau, au soleil ... A tellement de choses qu'en faire une liste parait complètement sot, voir fou. Personne ne peut être libre. du moins aucun humain. Quand aucune parcelle de notre corps de réclame quoi que ce soit, on peut se sentir libre, se dire que tout continue malgré l'absence de besoin, on peut se savoir indépendant, enfin ... Mais une sensation étrange peut elle aussi se sentir libre, libre de nous ramener sur Terre. Libre. Libre de nous rappeler que cette brûlure est avant tout la preuve de notre damnation éternelle.

Perdue. Elizabeth était perdue. Elle écoutait les pensées de Sissay ( comme il se nommait ) et restait imperturbable même si son être tout entier lui hurler de se taire, d'arrêter. Son corps n'émettait plus aucun bruit, plus aucun son, plus aucun geste. Elle était tombée dans les méandres de la nostalgie. Ses yeux se voilèrent. Elle voulu le tuer. Le tuer pour la faire douter autant sur ce qu'elle était. Jamais Elizabeth n'avait été envahit d'un tel remue-ménage. Elle perdit l'espace d'une seconde le contrôle de toutes ses capacités. Elle semblait se trouvait dans une brume constante. Un voile de tristesse envahis ses yeux déjà loin de cette rue.

Le corps tout entier de l'humain avait sentie le vampire. Et ce qu'il prenait pour je ne sais qu'elle "miracle" de la vie essayait de l'avertir. Il était en danger ! Son enveloppe tout entière l'avait sentie. Inconsciemment, il savait que quelque chose clochait et pourtant ... Pourtant il ne pouvait s'empêcher de ne voir que les bons côtés du vampire. Aveuglé par sa perfection d'immortel. Aveuglé par un désir qui brûlait en lui comme la flamme éternellement assoiffé du monstre en face de lui. Elizabeth fit un mouvement infime, si rapide que l'humain ne le remarqua pas. Elle s'arrêta, réfléchit puis repris sa marche avant de s'arrêter définitivement.

Il fouilla dans sa poche et en sortit un paquet de cigarette dont il extirpa un briquet plutôt pas mal ( le briquet bandes d'obsédés Razz ). Elizabeth frémit. Elle avait connu un homme possédant pareil "feu" comme il l'appelait. On peu dire que les choses ne s'étaient pas réellement bien passées entre eux. Au bout de deux semaines Elizabeth le tuait de sang froid.

sissay _ Ah croire que c'est votre jour de chance, j'en ai.

Elle aura voulu tourner les talons ! Pourquoi ? Pourquoi ne pouvait-il pas s'empêchait de vivre chacune de ses secondes en calculant ses gestes. Elle ne serait jamais sa proie. Ici, le prédateur, c'était elle. elle ne pu s'empêcher de hausser les sourcils à l'entente de tel pensées. Et même s'il pensait mené le jeu durant quelques secondes, elle reprendrait vite le dessus. Dans cette ville, le vampire carnivore le plus redoutable ce n'est pas elle pour rien. il lui suffirait d'un geste pour le tuer. Mais cela ne lui apporterait rien. Aucun plus. Juste un vide. Jamais plus elle n'entendrait quelqu'un penser à elle de cette manière. Et il fallait bien qu'elle s'avoue que c'était plutôt plaisant. Elle savait qu'elle exerçait une sorte de pouvoir sur les hommes mais le voir, le vivre, était pour elle le plus doux des chants.

L'odeur de l'humain était sucrée. Elle aurait pu faire voir les étoiles à Elizabeth si celle-ci n'avait pas senti un sang plus raffiné quelques semaines auparavant à Forks. Et elle se prit à en vouloir à Chloé. A la détester. A la haïr pour lui avoir enlever l'envie de renouveau qu'elle demandait toujours. Elle devait chercher toujours un peu plus loin, un peu plus longtemps si elle voulait pouvoir espérer un sang médiocre qui lui aurait paru succulent avant la rencontre avec sa Cantanta. Foutu végétarienne. Elizabeth retint de justesse le grognement qui naissait dans sa gorge et sourit penaudement.

Un sourire mystérieux se dessina sur le visage si fragile du blond. Oui. Jamais elle ne le laisserait l'avoir comme une proie. Elle allait mener la danse. Elle était très forte à ce jeu là.

sissay _ Les rues sont peu sûre, pour une aussi belle femme que vous, non ?
elizabeth _ Vous n'êtes pas du coin, n'est-ce pas ?

Elizabeth attendit. Non pas parce qu'elle souhaitait entendre une réponse à la question qu'elle venait de poser. Réponse qu'elle connaissait déjà. mais parce qu'elle voulait faire planer ce sentiment de mystère. Cette impression lourde qui régnait dans l'air.

elizabeth _ Mais vous avez raison. Les rues ne sont pas sûres pour une femme qui a trop bu.

Elle répondit à leur échange visuel. Le provoquant. Elle voulait savoir jusqu'où il était capable d'aller pour l'avoir. Elle ordonnait presque à son corps de le séduire mais son esprit reprit le contrôle de sa raison. Elle n'en avait pas besoin, il le ferait suffisamment bien seul. Elle devait patienter. Elle allait lui laisser quelques cartes en main et bien sûr, prendre le temps de dévoiler les siennes, une par une. Elle allait jouer à qui gagne à qui perd avec lui. Lui montrer qu'on ne domine jamais un vampire. Un vampire est libre. Ce n'est pas une proie, c'est le meilleur prédateur au monde ...

Spoiler:
 

_________________
    Tel un ange, elle apparait, et l'éblouie. [Pv Lizzie ] /!HOT!\ Jessicastambann
    ELIZABETH GRACE EVENSON
    « Laisser le temps couler le long de la barrière inacessible de mon immortalité. Profiter encore un peu de cette malediction tant que le mal continue de ne pas m'atteindre. Respirer, encore. Parler, encore. Vivre un peu pour mieux mourir restera ma dernière volonté »


Dernière édition par Elizabeth G. Evenson le Dim 7 Mar - 23:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://popularity-runaway.skyrock.com/
Sissay GauneSissay Gaune
Le séducteur, séduit, du Staff ...


Messages : 112
Date d'inscription : 01/02/2010
Age : 34
Localisation : Partout et nul part en même temps.

Tu nous interesse
Citation:
Relations:

Tel un ange, elle apparait, et l'éblouie. [Pv Lizzie ] /!HOT!\ Vide
MessageSujet: Re: Tel un ange, elle apparait, et l'éblouie. [Pv Lizzie ] /!HOT!\   Tel un ange, elle apparait, et l'éblouie. [Pv Lizzie ] /!HOT!\ EmptyMer 17 Fév - 10:37

Tel un ange, elle apparait, et l'éblouie. [Pv Lizzie ] /!HOT!\ 2ef6e75 Tel un ange, elle apparait, et l'éblouie. [Pv Lizzie ] /!HOT!\ Alone-10

Inespéré était sa venue. Et pourtant, elle se trouvait là, bien présente, en chair et en os. Ce n'était pas l'un de ces rêves, si réel, qu'on en perd pied. Non, rien avoir avec un mirage. Son corps tout entier pouvait la sentir. Il en frémissait presque. Sa déesse, à la crinière blonde s'apparente à la Venus qu'on vénérait dans l'antiquité. Une Vénus moderne, classe, et charismatique. Une femme qu'on attrape pas en deux ou trois mouvements. Une proie difficile d'accès. Sissay tentait de voir ça sous cet angle. Un jeu, une proie, et un prédateur. Il tentait de faire abstraction de cette forte attraction qui l'attirait à elle, de peur de se retrouver sans moyen. Et rien de plus terrible pour le blondinet, que d'être privé de ses atouts de séduction, de ne pouvoir la séduire de son sourire, l'envoutait de ses paroles, et de laisser opérer la magie. Car il s'en doutait, cette femme n'était pas n'importe qui. Quelques choses le troublaient. Cette déesse était troublante... mais en quoi? Sa beauté était presque absurde, tant elle était immense.

Ne pas se laisser intimider, et surtout, garder son assurance. Entre deux pensées osées, il se répétait que la proie, ici, c'était cette charmante créature. Oh, le pauvre, si il savait... et encore. Même dans l'hypothétique cas ou il devinerait la véritable nature de son interlocutrice, il ne baisserait pas les bras. Voilà trop longtemps qu'il la cherchait... la femme de ses rêves. Il avait voyagé, longtemps et longtemps encore. Aucune attache, aucune raison de devenir sédentaire. Et voilà qu'elle était apparu dans sa vie. Son ange. C'était un signe. Le signe qu'il devait rester dans cette ville. Le signe qu'il devait tenter sa chance. Le signe qu'il ne devait pas abandonner. L'éventualité d'une nuit de folie, et pourquoi pas d'un avenir? Cette femme, sa beauté, sa voix... tout ce qui la constituait le rendait dingue. Jusqu'où serait-il près pour ces beaux yeux? Jusqu'où irait-il, pour le gout sucré de ces lèvres? Des limites, il semble ne pas en connaître. Pas pour elle en tout cas.

Il était conscient que tout cela était insensé. Il ne la connaissait ... et alors? Le coup de foudre, il n'y avait jamais cru. Et, y croit-il encore? Il n'en sait rien. Il ne veut pas mettre d'étiquette sur ce qu'il éprouve pour la jeune femme. Il ne veut pas parler d'amour. Un sentiment abstrait qu'il avait pris grand soin de bannir de sa vie. Alors quoi? Qu'est-ce qu'il éprouvait pour cette déesse? Si ce n'est une irrémédiable attirance? Qu'est-ce qui faisait, qu'il serait prêt à l'impensable pour ces beaux yeux ? Il n'en savait rien. C'était Elle, et ça suffisait. Nul justification n'était nécessaire. Pourtant... pourtant, Sissay ne voulait pas devenir un légume, incapable d'agir autrement qu'à travers cette créature. En aurait-il, ne serais-ce que l'occasion, de toute façon? Elle ne lui demandait qu'une cigarette. Cela n'aboutit à pas grand chose, pour le moment. Oui... pour le moment. Comme un coup de fouet, Sissay se rendait compte que, si il ne se ressaisit pas, il la perdrait. Il devait instaurer un dialogue. La charmer, aboutir à quelque chose de concret. Mais toujours pareil, des images lui venaient en tête. Toutes plus éloquente à mesure qu'elles défilent. Et de simple fantasme, il aimerait retranscrire ça dans la réalité. Ne pas simplement imaginer ses mains caresser le satin de sa peau. Ou bien encore ses lèvres découvrir avec délice la saveur délicate de son cou. La raison à elle seule, peut-elle calmer de telle ardeur? Sissay aimerait pouvoir en être persuadé.

En attendant, il réussissait à aligner des mots les uns à la suite des autres. Ô miracle, il était doté de la parole. Ô miracle, il gardait parfaite maîtrise de ces gestes, et de sa voix. Mais son cœur... oh oui son cœur... il s'emballait, et s'emballait encore pour la demoiselle. C'est comme si il ne vibrer que pour elle. Elle n'était pas sa " Mia Cantata", mais elle était assurément sa sirène. Celle qui le mènera probablement à sa perte. Aveuglé par sa beauté, Sissay ne voyait pas le danger que constituait cette créature de la nuit. Ah oui...le danger. Dans le fond, que ferions-nous sans elle? Nos vies seraient probablement fade et sans intérêt majeur. Toute nos émotions sont nécessaires. Aussi bien la joie, les rires, que les pleurs, la peur, l'envie, la tentation. Tout ça constitue nos vies. Amputer l'une de ces émotions revient à nous amputer un membre.

sissay _ Les rues sont peu sûre, pour une aussi belle femme que vous, non ?
elizabeth _ Vous n'êtes pas du coin, n'est-ce pas ?

De nouveau, la voix de l'inconnue s'élevait dans les airs. Et de nouveau, Sissay se sentait subjugué. Il savait par avance qu'il allait devenir accroc à cette résonance. Comment passera t-il ces prochaines nuits, loin de sa drogue? Il ne veut même pas y penser, tant la douleur causé par ce manque pourrait être grand. Il n'empêche, l'humain se trouvait encore assez lucide, pour remarquez qu'elle répondait à sa question par une autre question. Aussi stupide que ça puisse paraître, cela suffit pour qu'un sourire se dessine sur son visage d'homme viril.

sissay _ Non. répondit-il simplement.

Il ne venait pas d'ici et il venait de nul part, dans le fond. Plus vagabond que voyageur, il passait de ville en ville, sans réellement prendre la peine de se poser. Une semaine, tout au plus, et il décampait. A quoi bon rester, et s'engluer dans une ville, avec une vie monotone, ennuyeuse ... normal. Ses voyages lui permettaient de faire chaque fois de nouvelle rencontre. De vivre de nouvelles aventures, de voir du pays et bien entendu, de faire ce que bon lui semblait.

elizabeth _ Mais vous avez raison. Les rues ne sont pas sûres pour une femme qui a trop bu.
sissay _ Vous semblez pourtant en pleine possession de vos moyens.

Impossible de résister à l'appel de son regard. Hypnotisé, il se plonge avec délice dans son regard. Il pourrait se noyer dans ses iris. Somptueux et délicieux bain de sang... il finit enfin par trouver ce qui n'allait pas. Rouge... magnifique. Comme le rubis. Perplexe, fasciné, il voulait tout connaître de cette femme. Il désirait tout, venant d'elle. Son âme, son cœur, son corps. Si seulement il savait qu'elle n'avait ni âme, ni cœur à offrir... peut-être finirait-il par comprendre... comprendre que cette obsession ne fera qu'avancer l'heure de sa mort. Mais qu'est-ce la mort? Est-ce un sort si funeste qu'il y parait? Si vivre, c'est passé le reste de sa vie à attendre en vain. Si vivre, c'est regarder l'horizon, patientant dans la douleur. Si vivre, c'est ne plus pouvoir entendre le chant de sa sirène, alors... à quoi bon? La passion est un feu qui vous dévore. Et c'est exactement ce qui arrivait à Sissay. Cette passion le dévorait au plus profond de lui-même. Elle le consumait, comme la cigarette qui se consume. Il n'en restera finalement plus rien.

***

J'aime la difficulté, les défis. Plus une chose me paraît inaccessible, et plus je la désire. C'est exactement ce qui se passe avec elle. Une tour imprenable. Je serais celui qui brise toute ses failles. Celui qui sera conquérant de sa tour. Je la veux, et je l'aurais. Enfin un défi à la hauteur de mes compétences. Que la bataille commence.

***

Effectivement, les secondes passaient avec Elizabeth accentué d'avantage son désir, son envie. Son obsession grandissait à mesure que le temps s'égrainait. L'ennui, c'est que malgré son assurance apparente, il doutait. Ce n'était pas une simple femme. C'était une Dame. Majestueuse, immense déesse. La subtilité était de tact, la stratégie de mise .

***

Je ne pourrais attendre longtemps avant de succomber à ses lèvres. Ce feu qui me dévore me pousse à aller vers elle. La prendre dans mes bras, lui montrer à quel point elle est désirable. Mais je dois attendre. Me montrer patient.

***

Il jette son mégot de cigarette, et comme la précédente, il l'écrase sous sa semelle. Pour la première fois depuis qu'il l'avait aperçu, Sissay détourna le regard, autre part que sur sa sirène. D'ailleurs, c'est à cet instant qu'il se rendit compte d'un détail important. Il ne savait même pas comment sa déesse s'appelait. Le voyageur sortit son paquet de clopes de son jeans, ainsi que son briquet, prêt à s'en allumer une autre.

Sissay _ Au fait... Prenant tout son temps, le blondinet pinça sa cigarette au coin des lèvres. Une fois ceci fait, il dû s'y prendre à deux reprises avant d'allumer convenablement son Malboro. Il tira une latte, rangea son paquet et son briquet, avant de reprendre là où il en était, plongea de nouveau son regard dans celui de l'inconnue. Sissay Gaune pour vous servir, charmante demoiselle.

Voix viril, regard charmeur, et sourire énigmatique. Le blondinet joignit le geste à la parole et prit avec délicatesse la main de sa sirène. La peau de la jeune femme était glacée, mais il n'y fit pas attention. Un petit vent frais soufflait sur la ville, cela aurait très bien pu être causé par le froid. Délicatement, Sissay déposa un chaste baiser sur le dos de la main de la Dame et se recula légèrement, laissant son regard plonger dans celui de la blondinette.


_________________
Avatar by Pimousse
Revenir en haut Aller en bas
Elizabeth G. EvensonElizabeth G. Evenson
I will soon die ...


Messages : 1791
Date d'inscription : 25/08/2009
Age : 268
Localisation : Saint-Gabriel in Canada

Tu nous interesse
Citation:
Relations:

Tel un ange, elle apparait, et l'éblouie. [Pv Lizzie ] /!HOT!\ Vide
MessageSujet: Re: Tel un ange, elle apparait, et l'éblouie. [Pv Lizzie ] /!HOT!\   Tel un ange, elle apparait, et l'éblouie. [Pv Lizzie ] /!HOT!\ EmptyDim 7 Mar - 23:52

Tel un ange, elle apparait, et l'éblouie. [Pv Lizzie ] /!HOT!\ RDJ052 Tel un ange, elle apparait, et l'éblouie. [Pv Lizzie ] /!HOT!\ Jkal5d
Spoiler:
 

On ne résiste que très peu de temps à l'appel insaisissable, irresistible de la tentation, surtout quand celle ci s'attaque à l'un des points les moins résistants de l'âme humaine. Elle se fait vicieuse, tentation. Elle se fait maligne, obsession. Elle se fait invisible, persuation. Elle se fait puissante, damnation. Elle se fait sanguinaire, vampire. Tentation du corps, de l'âme, de l'esprit et de la voie. La voie de l'obscurité. La voie de la non-vie. La voie du vampire. Voie de liberté et de passion, voie de démesure et de luxure, chemin sombre et étroit où quiconque s'aventure en subit les conséquences. Douces conséquences. Douces punitions qui a mes yeux ébahis ne représentent qu'un énième sacrifice pour atteindre la joie éternelle du plaisir charnel.

U.C.

_________________
    Tel un ange, elle apparait, et l'éblouie. [Pv Lizzie ] /!HOT!\ Jessicastambann
    ELIZABETH GRACE EVENSON
    « Laisser le temps couler le long de la barrière inacessible de mon immortalité. Profiter encore un peu de cette malediction tant que le mal continue de ne pas m'atteindre. Respirer, encore. Parler, encore. Vivre un peu pour mieux mourir restera ma dernière volonté »
Revenir en haut Aller en bas
http://popularity-runaway.skyrock.com/
Contenu sponsorisé



Tel un ange, elle apparait, et l'éblouie. [Pv Lizzie ] /!HOT!\ Vide
MessageSujet: Re: Tel un ange, elle apparait, et l'éblouie. [Pv Lizzie ] /!HOT!\   Tel un ange, elle apparait, et l'éblouie. [Pv Lizzie ] /!HOT!\ Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Tel un ange, elle apparait, et l'éblouie. [Pv Lizzie ] /!HOT!\

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Twilight Passion :: Joliette :: Les bars et restaurants-